Cold War Kids – Mine is Yours

Cold War Kids - Mine Is Yours

Formé en 2004, le groupe Cold War Kids en est déjà à son 3ème album. Le titre de l’opus : Mine is Yours. Tout est là. Cette fois-ci, le groupe a décidé de partager les relations intimes, les questions d’engagement. Cold War Kids deviendraient-ils sentimentaux ? Un brin maladroite et en même temps sincère, la démarche du combo californien est honnête. Cependant, la production et les arrangements enlèvent tout ce qui faisait qu’on aimait écouter ce groupe brut et aux guitares incisives. En même temps, le choix du producteur y est sans doute en partie, responsable : Jacquire King (Kings of Leon, Norah Jones, entre autres). Si on évite de penser à Cold War Kids et à leur très réussi 1er album, Robbers and Cowards, on peut se dire que Mine is Yours n’est pas si insipide, même si on dirait du Kings of Leon de mauvaise facture, du Coldplay, voire même du The Script, sur certains titres. Avec le soleil de la Californie en plus !

Bien heureusement, tout n’est pas à jeter sur cet album. Par exemple, Out of the Wilderness offre une maîtrise parfaite du début à la fin : une rupture très réussie, servant à renforcer une montée à la Arcade Fire, mais avec la patte Cold War Kids. Royal Blue est sans doute le titre qui nous ramène à ce qu’était le groupe, et ça fait plaisir. Sans être une adepte du « C’était mieux avant », il faut avouer que, à choisir entre un groupe qui fait toujours la même chose et un autre qui fait de la soupe, je préfère de loin celui qui se répète.

Bien sûre, la voix reconnaissable de Nathan Willet, heureusement, est toujours aussi efficace et touchante, comme toujours au bord de la rupture et tout autant maîtrisée. Une sorte de Jeff Buckley local. Ce qui fait peut-être la force du groupe, finalement.

Les écorchures passées du groupe, gommées par Jacquire King, on peut se demander ce qui reste à Cold War Kids et on ne peut qu’espérer que Mine is Yours n’est qu’un petit passage à vide, une erreur de parcours qui ne se reproduira pas.