Suuns – Live à Leeds

Bienvenue dans le monde magique de Suuns

C’est un marathon qui attend le groupe Suuns. Une semaine, 6 concerts et 4 pays différents. Après leur passage à La Route du Rock de St Malo, le 19 février dernier, les Canadiens s’attaquent à l’Angleterre.

Signés chez Secretly Canadian (Anthony and the Johnsons), Suuns – initialement nommés Zeroes – ont sorti un très bon premier album. Le disque transporte l’auditeur dans un trip hallucinogène plutôt bien fichu, des chansons ultra electro avec un soupçon de rock qui tâche. Ajoutez à ça une voix cachée dans le brouillard des sons et vous avez Suuns. Est-ce que les sooleils ont prévu d’embrumer le Brudenell Social Club ?

Encore une fois, deux premières parties sont prévues. On se met dans l’ambiance électro dès Quip dont la seule performance scénique sera de rester accroupi derrière son écran de iMac pendant 30 minutes. S’en suit The Runners, un groupe d’anglais, pas vraiment professionnels en la matière puisqu’à plusieurs reprises, ils devront regarder dans leur manuel comment marche leur clavier (véridique). D’autant plus que le chanteur prend un malin plaisir à s’adresser au public en lui tournant le dos. Pas vraiment engageant !

Heureusement, 22h approche et Suuns aussi ! Dès leur arrivée, on oublie les performances désastreuses des deux premières parties ! On est hypnotisé par la batterie qui va crescendo, tandis que les sons électro et de basse s’engouffrent dans la salle. Une guitare acérée vient s’ajouter à tout le reste. Le batteur continue de taper de plus en plus fort, si bien qu’au bout de 5 minutes, on se demande comment c’est encore possible. On est happé et subjugué par la même occasion. Arena, magnifique morceau, commence peu à peu. On entre dans le vif du sujet ! Le chanteur vit ses chansons, tantôt se laissant emporter par les déchaînements de guitare, tantôt en échappant quelques paroles de chansons entre ses dents, les yeux mi-clos. Déjà Up Past The Nursery et ses chants voodoo nous plongent encore plus dans leur univers, sombre et inquiétant. Et le pire c’est qu’on en redemande !

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le groupe n’est pas bavard. Il enchaîne les morceaux, tous différents et pourtant si proches les uns des autres. Mais quand on a affaire à une telle précision à un si jeune âge, ça se passe de commentaires inutiles ! Le public reste bien timide cependant, ce qui est dommage… Et très vite, la fin approche. Un son d’alerte incendie retentit, la saturation est proche. La fumée sort de la batterie. Ah non, ce n’est que le brouillard artificiel ! On y a cru ! La chanson est à deux doigts d’exploser mais attendra plusieurs minutes avant de le faire. Le chanteur guitariste se recroqueville sur lui-même tandis qu’il lacère sa guitare, avec violence. Elle ne s’en sortira pas ! Le groupe quitte la scène, laissant le public sous le choc. C’est fini ? Il faut demander un rappel ? Après quelques secondes d’hésitation, le rappel se met en place. Le groupe revient et interprète une dernière chanson bien trop calme pour être la dernière. Et pourtant…

Il est à peine 23h et on ne sait plus ce qu’on doit faire : rentrer, rester… Perdus dans les méandres psychédéliques que Suuns a lancé toute la soirée. Un très bon groupe à suivre de près et à voir en concert pour comprendre !

Publicités