The Streets – Live à Leeds

Comme on le disait, The Streets sonne la fin. Skinner a d’autres plans en tête et veut continuer à explorer la musique. Jeudi 24 février, Leeds a été transporté pendant une bonne heure et demi de morceaux excellents portés par un groupe de qualité venu dire adieu… Et pourtant, le groupe n’aura pas versé dans le mélo !

Vers 20h, le groupe de petits nouveaux, Brother, entre en scène. Sorte d’Oasis nouvelle génération. Des gamins avec des tatouages de camionneur sur les bras. Ce n’est pas du tout le même style de musique que The Streets mais le public est ouvert et réagit plutôt bien aux chansons. Au bout d’une demi-heure, la scène se vide et l’attente commence.

Mike Skinner à Leeds

Il est 21h, la tension monte. Mais des soucis techniques devront faire encore patienter la foule. Il faut changer un projecteur en 4ème vitesse. Les lumières s’éteignent et le groupe s’installe. Rob Harvey sautille comme une puce, caché sous son bonnet. Mais là encore, l’iMac fait des siennes, et il faut attendre que le sample se mette en route avant que Mike Skinner entre en scène, sur un mix entre Outside Inside et Trust me issus du dernier album Computers and Blues. Pas une seconde à perdre, enchainement avec Don’t Mug Yourself et Let’s Push Things Forward. On a l’impression d’être à une fête. Ça secoue, le groupe échange des regards et des sourires complices avec son public. Mike Skinner aime attiser les foules et à Leeds, il ne fait pas d’exception ! C’est sa dernière tournée alors il se lâche. Rien de tel qu’un petit tour dans la fosse pour se rapprocher de son public, et encore mieux si on slamme tout en continuant de rapper. Skinner retourne sur scène et continue son show. Tantôt en provocant son public en lui envoyant de la bière, tantôt en essayant de piquer les chaussures des slammeurs. Avec humour et complicité, le concert s’achemine vers la fin. Dry Your Eyes vient sonner la fin et voit un Mike Skinner laisser tomber ses défenses, quittant la scène, la larme à l’œil, alors que le public tout aussi ému scande « You’ve got to walk away now, it’s over ». Des paroles prémonitoires.

Le groupe est parti pour quelques minutes et le public se fait entendre : « Skinner, Skinner » comme acclamant un Roi. Les toges floquées des briquets The Streets en fond de salle s’illuminent. Turn the Page et sa spirale musicale résonnent. Mike revient sur scène. A peine la chanson finie, Fit But You Know It lance ses premiers beats, en accéléré. C’est la folie : ça se bouscule, ça crie les paroles. La fête reprend son cours. La chanson s’arrête et Mike a décidé de faire un tour dans la fosse. Tenue de combat : torse nu. Il sépare la foule comme un Dieu et demande à un type costaud de le porter. Il a prévu de partir du fond et de revenir sur scène porté par ses fans, sur le riff de Going Through Hell. De retour sur scène, et lacéré de toute part, Skinner annonce que l’after se tiendra dans un pub à côté, et remercie tout le monde pour les 10 ans passés, avant la fin explosive de la chanson qui viendra clore le set de The Streets.

Mike Skinner

C’est un groupe de potes qui a pris d’assaut la scène de l’O2 Academy. On a peine à croire que Skinner veuille arrêter l’aventure The Streets quand on le voit autant s’amuser ! La scène est sa cour de récrée et lieu où il excelle le plus.

Un petit tour et puis s’en va. Dernier album, dernière tournée. The Streets dit adieu à son public et le moins qu’on puisse dire c’est que ça se sent. Mais on ne peut s’empêcher d’en vouloir encore…

Setlist

Outside Inside
Trust Me
Don’t Mug Yourself
Let’s Push Things Forward
Puzzled by People
ABC
The Escapist
OMG
Everything is Borrowed
Weak Become Heroes
It’s too Late
We can never be Friends
Soldiers
Blinded By the Lights
Never Went to Church
Heaven for the Weather
Dry your Eyes

Rappel

Turn The Page
Fit But You Know It
Going through Hell