Tom McRae au sommet de son art

Touteouie aime varier les plaisirs en matière de concert et s’il faut rester 2h debout dans une église alors, Touteouie est partante ! Mais ce n’est pas la tournée des prêtres qui passent à Leeds, c’est Tom McRae, qui vient jouer le rôle de gourou des temps modernes l’espace d’une soirée ! Et quelle plus belle façon de fédérer ses fidèles avec un quatuor à cordes ?

Tom McRae ou comment jouer du violon avec un parapluie

L’église Holy Trinity est en plein cœur de Leeds, cachée entre un pub et un burger king. Les portes viennent d’être ouvertes et la queue commence à avancer enfin. On prend place assis pour les « chanceux » et debout pour les plus « rock n’ roll » (dixit Tom McRae plus tard). 20h30 pétantes, le quatuor et le chanteur anglais se fraient un chemin dans l’allée gauche et prennent place dans le chœur en toute simplicité. S’il y a bien une chose qui caractérise Tom McRae, c’est la simplicité et la proximité ; et ce concert va le démontrer bien des fois. Mais pour l’instant, c’est l’entrée en matière. Et quelle entrée en matière ! You Cut Her Hair avec son violoncelle inquiétant résonnent dans le lieu. Le ton est donné. On n’a pas fini d’en avoir plein les oreilles ! Que ce soit avec Karaoke Soul (un de ses tubes diffusés en radio), I won’t lie issu du dernier album The Alphabet of Hurricanes (album surprenant par ailleurs) ; ou seul à la guitare pour It ain’t you et I ain’t scared of lightening.

Tom McRae est un artiste incompris, méconnu et ignoré des médias, à tort. Et pourtant, l’église est remplie et le public connait toutes les chansons sur le bout des doigts. Qui a dit qu’on avait besoin des médias pour remplir une salle de concert ? Le bouche à oreille lui réussit même si des meilleures ventes d’albums pourraient l’aider à organiser des plus grandes tournées de ce genre (pour la France par exemple).

Quand on écoute Tom McRae, on s’imagine que le bonhomme est bien malheureux. Mais il a un talent secret qu’il ne dévoile qu’à ceux qui font le déplacement pour le voir : l’humour et la dérision. Il pourrait songer à se reconvertir en humoriste si jamais la musique ne veut plus de lui ! Il n’en rate pas une pour faire le show entre les chansons, et même pendant. Prenant un plaisir indéniable dans sa musique et ses concerts. Une communion parfaite avec son public dans un lieu « sacré ». En fait, un concert de Tom McRae dans une église est une évidence quand on y pense. Lui, le porte parole du nouveau mouvement de pensée appelé le McRaethism, et son public, ses adeptes venus entendre la bonne parole ! Bon, les provocations eucharistiques répétées du chanteur lui auront valu un problème technique qui lui aura fait chanter Bloodless sans micro, à se balader dans l’église, et à monter dans le nid prévu pour les prêtres. Coïncidence, ou énerverait-il quelqu’un ?!

Quoiqu’il en soit, le concert aura duré 2h de chansons magnifiées (dont une toute nouvelle !) par la présence d’un quatuor à cordes. On aura passé du rire aux larmes sans comprendre. Finalement, l’étrange situation géographique de cette église correspond tout à fait à ce que représente Tom McRae, un petit peu de grâce au milieu d’un flot de junk music. Et un conseil, si le monsieur passe par chez vous un soir, n’hésitez pas et allez-y, vous ne le regretterez pas.