The Raveonettes – Raven in the Grave

The Raveonettes - Raven in the Grave

Le nouvel album de The Raveonettes est sorti la semaine dernière, à peine plus d’un an après leur précédent effort In and Out of Control. A trop se précipiter, le groupe pourrait trébucher. Qu’en est-il ? Et bien non. The Raveonettes saute les pièges et court vers la réussite d’un très bon album ! Raven in the Grave n’est cependant pas ce qu’ils ont pu faire de plus joyeux. Il n’y a qu’à entendre/lire les paroles. Rien que le titre et la pochette du disque en disent long.

L’entrée en matière, Recharge & Revolve fait penser à un bon The Cure, période romantique. La voix de Sharin Foo se mêle comme bien souvent avec la purée savoureuse de sons venus du Danemark. Au bout de 5 minutes, on enchaîne avec War in Heaven proposée en écoute sur leur site internet. Dès lors, la noirceur des textes s’infiltrent jusque dans la mélodie alors que la douce voix est mise en avant. La basse prend alors le pouvoir avec la batterie, avant que les guitares saturées reprennent le dessus en pleurant de toutes leurs cordes. L’auditeur est porté dans un tourbillon de brouillard auditif sans pouvoir s’en échapper.

Heureusement pour lui, Forget that you’re young annonce un peu de lumière dans ce monde tout noir. Tout semble plus léger, on décolle peu à peu. Sauf que voilà, The Raveonettes joue avec nos antidépresseurs et Apparitions vient abattre tous les faibles efforts que la chanson précédente avait utilisés pour nous sortir du noir. Les voix du duo danois semblent enfermées dans un puits profond donnant une acoustique embuée et oppressante au morceau. La petite comptine Summer Moon vient alléger à nouveau l’ambiance. Enfin seulement musicalement. Si l’on prête attention aux paroles alors c’est une autre histoire ! Tous ces beaux moments décrits dans le premier couplet sont morts dans la suite de la chanson. On vous avait prévenu ! Let me on out continue d’enfoncer le clou. Décidément tout n’est que mort et désespoir noyés dans un mur de son saturé et pourtant mélodique qui fait la marque de fabrique de The Raveonettes. Ignite et sa batterie viennent réveiller les cœurs blessés et jeter de l’acide sur les plaies ouvertes, avec un soupçon de boîte à rythme très 80s. Le titre de l’album vient d’Evil Seeds qui rappelle furieusement certains morceaux issus des albums précédents de The Raveonettes. Un couplet épuré mis en avant par le thème chargé du refrain, saturé comme toujours.

The Raveonettes

On vient de passer 8 titres et voilà que le dernier My Time’s up vient sonner la fin de l’aventure sombre de Raven in the Grave. On croit voir enfin la lumière, avec une orchestration calme et légère mais il en est rien. The Raveonettes a trouvé le meilleur moyen pour finir son album apocalyptique : prédire la mort du monde entier ! “The oceans will boil and kill us all”, vous êtes prévenus !

Cet album, bien que court (35 minutes environ) est une véritable réussite. Un son unique et une atmosphère qui fait suffoquer. On en veut encore plus !

Advertisements