Touteouïe fait Glastonbury de son canapé

Petit rendez-vous intimiste de Glasto

Il y a des festivals d’anthologie, dont tout le monde parle. Glastonbury est le premier de la liste. Avec des places vendues en seulement 4h après la mise en vente, c’est sans doute un des rendez-vous les plus incontournables de l’année. Tout le monde veut y aller, que ce soit les groupes ou le public. Et ce qui est bien c’est que la BBC retransmet quasiment en direct les meilleurs shows, pendant tout le week-end. Le jour où France 2 diffusera les Eurocks en direct n’est pas encore arrivé !

Un samedi soir à Leeds, avec rien en vue, forcément on s’installe sur le canapé et on regarde, avec envie et jalousie. Malheureusement, Touteouïe aura raté les performances de U2 et de Radiohead le vendredi mais elle ne ratera pas celle de Coldplay. Mais avant, BBC propose de rediffuser le concert de Mumford & Sons, la veille (magnifique performance de The Cave, à faire des frissons dans tout le corps), avant de montrer ce qui s’est passé le samedi après-midi. On a un aperçu de Paolo Nutini, d’Aloe Blacc et de Janelle Monae (à la voix impressionnante) puis Friendly Fires avec leurs vahinés ramènera le soleil sur le site du festival. Et c’est au tour du concert d’Elbow. Impressionnant. Un son massif avec un chanteur qui a l’air d’avoir patauger dans la boue typique du festival. Autant dire que Touteouïe sera présente au Leeds Festival pour les voir !

Puis vient le moment tant attendu de Coldplay. En toute honnêteté, je n’ai jamais compris l’engouement que les gens ont vis-à-vis de Coldplay. C’est sympa, c’est bankable mais beaucoup de chansons se ressemblent. Mais bon, puisqu’il ne faut pas mourir idiot, on regarde, d’autant qu’ils ont prévu de faire de nouvelles chansons. Une chose est sûr, ils ont prévu de faire le show et c’est ce qu’ils vont faire pendant 1h30. Eclairages stroboscopiques, confettis, feux d’artifice, tout y est. Le groupe a changé son costume de boys band qu’ils portaient lors de la tournée précédente. Cette fois-ci, c’est instruments taggués de toutes les couleurs. Plutôt pas mal. Niveau set list, on a droit à tous les incontournables : Yellow, Shiver, The Scientist, Violet Hill ou encore Viva la Vida. Le groupe semble vraiment à fond. Chris Martin saute, court et danse ; un peu les trois à la fois. Le petit accrochage qu’il aura sur une de ses nouvelles chansons (très jolie par ailleurs) ne le perturbera pas plus que ça : on s’arrête et on reprend ! Ce n’est pas grave après tout ! Plus les chansons s’enchaînent plus je commence à comprendre pourquoi on les aime autant. Ils sont profondément humains et simples (malgré l’aspect grosse machine qu’ils dégagent). Au bout d’une bonne heure et demie, le groupe a du mal à quitter la scène et finalement, il aura suffit d’un festival pour me rabibocher avec Coldplay. Comme quoi tout arrive.

Mais la soirée BBC n’est pas encore finie. On a encore droit à un seul malheureux titre des Glasvegas, ce qui est bien dommage parce que j’aurais bien aimé savoir si le batteur joue debout pendant tout le concert !

J’en reviens pas d’avoir fait la critique d’un live que j’ai regardé assise sur mon canapé mais admettre qu’on s’est trompé sur un groupe comme Coldplay, ça vaut bien un article. Et promis, l’année prochaine ce sera un vrai live report de Glastonbury… (j’ai comme l’impression de radoter…)