Kaiser Chiefs – Live à Leeds

Kirkstall Abbey

Les Kaiser Chiefs reviennent à la maison. Depuis la sortie de leur dernier album The Future is Medieval, Leeds n’avait pas encore pu les avoir en live. Voilà qui est réparé. Et d’une bien belle façon. Mais on n’en attendait pas moins d’eux. Deux dates complètes dans le parc magnifique de l’abbaye en ruine de Kirkstall. Il fallait oser ! Touteouïe y était samedi.

Début à 17h30, avec The Neat. On dirait que le groupe a piqué les vieux T-shirts et pulls de leurs grands frères, très 80s. Lunettes vissées sur la tête, le chanteur/bassiste (qui nous rappelle quelqu’un) déblatère des chansons efficaces, dans une attitude arrogante et un peu je m’en foutiste qui passe bien finalement.

Peu avant l’entrée en scène de Pete and the Pirates, une petite averse vient nous rappeler qu’on est bien en Angleterre et qu’il n’y a pas de concert en plein air sans pluie, mais Touteouïe est devenue waterproof depuis le Leeds Festival donc on s’en fiche un peu. Pete and the Pirates entre en scène. C’est parti pour plus de 30 minutes de pop rock bien sympa. Il faudra cependant au chanteur quelque dizaines de minutes avant de se lâcher et de s’adresser au public. Mais le tout est plutôt sympa et on oubliera la pluie revenue s’inviter jusqu’à la fin de leur set, créant un bien joli double arc-en-ciel.

Joli timing meteo

Il ne reste plus qu’un autre groupe avant les Kaiser Chiefs. Et c’est Gruff Rhys qui a droit à une heure. Sans doute un peu trop d’ailleurs. Personne dans le public ne semble le connaître, il chante en gallois par moment et c’est assez particulier pour remuer les foules avant le groupe que tout le monde attend maintenant. Enfin il nous fera bien rire avec ses pancartes « Applause », « Wouah » et « Thank you » mais 30 minutes auraient été suffisantes. Quand on pense que la session de dimanche a eu la chance d’avoir The Cribs on est un peu jaloux, faut avouer.

Il faut désormais faire place aux instruments des Kaiser Chiefs et par les aperçus qu’on a pu avoir de tous les membres du groupe venus écouter les premières parties ou faire des grimaces aux 1er rangs, on a la drôle d’impression qu’ils sont bien en forme et prêts à le montrer.

Ricky Wilson

Il est 21h, le show peut commencer. Après une intro, on entre dans le vif du sujet avec Everyday I love you less and less. Ricky Wilson est de retour ! Il saute, court, provoque la foule et descend dans la fosse. Dur de résister ! Ce qui est bien avec les Kaiser Chiefs outre la présence scénique de Mr Wilson donc c’est que même si on ne connait pas forcément toutes les dernières chansons, les tubes des albums précédents sont là pour déchainer les foules. Et les 4 premières chansons sont plutôt un bon moyen de le faire. En tout cas, le groupe donne le paquet et prend énormément de plaisir à jouer. On a l’impression d’être en train de regarder des amis sur scène. Il y a une sorte d’ambiance particulière à un concert des Kaiser Chiefs : conviviale, pas prise de tête et sans prétention aucune.

Alors oui, ce sont toujours des concerts exceptionnels à Leeds, leur ville. Et le groupe a quelques tours dans son sac. Confettis sur The Angry Mob, mise à jour de certain titres comme Love’s not a Competition, feux d’artifice final. Mais le meilleur restera sans conteste le moment où Ricky Wilson aura décidé de grimper sur les ruines de l’abbaye… Il ne peut vraiment pas s’empêcher de tout escalader !

Au final on aura passé un très bon moment et c’est toujours le cas avec les Kaiser Chiefs. Quand, toi aussi ami lecteur, tu iras les voir, tu comprendras. Le seul point noir de la soirée aura été cependant l’organisation : une seule sortie pour toute une foule, ça fait léger. Les gens finiront escalader le mur, pour aller plus vite. (20 minutes pour sortir d’un parc c’est long quand même !)

Setlist
Howlaround (intro)
Everyday I love you less and less
Never Miss a Beat
Little Shocks
Everything is average Nowadays
Long way from celebrating
Modern Way
Good Days and Bad Days
Man on Mars
Ruby
The Angry Mob
Na Na Na Na Naa
Starts with nothing
I Predict a riot
Kinda Girl you are
Take my Temperature

Rappel
Child of the Jago
Love’s not a competition (but I’m winning)
Oh My God

(Oh my god, Les Kaiser Chiefs ont le privilège d’être le 100ème post de ce blog…)