The Horrors – Live à Leeds

Après le magnifique dernier album de The Horrors, Skying, Touteouïe a été largement convaincue et a décidé de voir ce que ces horreurs donnaient en concert. C’est dans la salle de la fac qu’on retrouve un public partagé entre les adeptes d’un culte bien sombre, lèvres peinturlurées en cramoisi, vernis à ongles noirs, et coupe de cheveux improbables, et les gens « normaux ».

Toy entre en scène assez vite. Le public semble de bonne composition et réagit plutôt bien à ce son new-wave psychédélique, un peu comme si Joy Division avait fusionné avec The Cure. Le groupe londonien, enfin surtout son chanteur, semble bien malheureux sur scène. On a presque envie de leur dire que tout ira bien, mais on se doute que cela fait partie de leur « mise-en-scène », le tout éclairé par des projecteurs multicolores tournant en rond dans la salle.

Un peu après 21h, il est l’heure pour The Horrors d’entrer en scène. La salle est plongée dans le noir complet si bien qu’on ne voit pas le groupe prendre place sauf quand les flashs d’appareil photo éclairent momentanément. Tout ça pose l’ambiance sombre à venir. Ça commence par Changing the Rain et on comprend assez vite que le groupe est venu secouer le Leeds Met à coup de sons psychédéliques, torturés et parfois massifs. Skying est joué presque dans son intégralité et son single, Still Life sera grandement repris par les foules. Et pourtant le public reste bien timide parfois, obligeant Farid Badwan à lancer un « C’est l’heure de se réveiller ». Mais c’est vraiment à leur retour sur scène après le rappel que tout partira vraiment, les bières s’écrasant sur les projecteurs ou sur les agents de sécurité, tandis qur Badwan lance un « Bah voilà » ! On est bien d’accord avec lui, il était temps !

Niveau scènique, Badwan a de la présence à revendre. Il n’a pas besoin de parler, de provoquer le public. Lui son truc est de maltraiter son pied de micro, en le tordant dans tous les sens. On le soupçonne même de l’avoir explosé contre l’ampli à un moment donné mais de là où Touteouïe était, la visibilité n’était pas optimale.

En tout cas, ce fut un bon concert magnifiquement exécuté où des titres comme I Can See Through You, Sea Within A Sea, Mirrors Image, Endless Blue ont largement bluffé la salle pleine à craquer. On s’est vite perdu dans cette bulle Horrors sans même s’en rendre compte. Mais tout ça n’aura duré qu’une petite heure et quart. On aurait bien pris deux ou trois titres de plus, nous.

Pour info le groupe passera en France dans peu de temps. Début des hostilités le 29 octobre prochain à Tourcoing avant d’atteindre Paris le 7 décembre (mais d’autres villes sont concernées: Nantes, Toulouse, Lyon). Ne les ratez pas !