Summer Camp – Live à Lyon

Toute Ouïe essaie de reprendre une activité normale et rien de tel que de faire un petit concert pour se remettre dans le bain. C’est Summer Camp qui a dû remplir cette tâche. Rendez-vous pris vendredi 6 avril dernier au Sonic de Lyon. Première fois qu’on y met les pieds mais certainement pas la dernière.

La première partie est assurée par P.I.L.A.R.,  une jeune demoiselle à la voix folk fragile et puissante supportée par des sons électro froids inspirés. On passe un très bon moment tandis que la péniche se remplit. Et c’est aux alentours de 22h que le groupe anglais Summer Camp monte sur scène.

On les avait déjà vus au Festival Constellations de Leeds en novembre dernier et on avait alors apprécié leur légèreté et leur univers visuel. Fidèles à eux même, pas de différence de ce point de vue-là. Des images de films cultes se plantent derrière le trio, tandis qu’Elizabeth Sankey nous envoie sa très jolie voix.

Sans aucun doute le public est bien présent, faisant tanguer le bateau par ses sauts et ses danses. Ça déridera un peu le groupe qui semblait un peu absent pendant les 2-3 premières chansons pourtant bien exécutées. Le temps de se mettre dans l’ambiance sans doute. En tout cas, on en prend plein les yeux et les oreilles. On ne se prend pas la tête et on s’amuse. C’est bien l’essentiel quand on va à un concert, non ?

Le groupe nous gratifiera d’ailleurs de deux nouveaux titres très dansants ainsi qu’un petit passage en français sur une de leur chanson. Jeremy Warmsley et Elizabeth Sankey font à ce propos beaucoup d’effort pour parler au public en français ce qui est toujours appréciable. Et si ce n’était pas suffisant, les deux artistes profitent du cadre intimiste pour nous chanter Losing My Mind sans micro, avec une guitare non branchée en se baladant dans le bateau.

Le morceau Brian Krakow se charge de clore un set qui a réchauffé Lyon, tout en nous plongeant dans un autre temps. En fait, Summer Camp, c’est une sorte de Retour Vers le Futur musical. On est dans les 80s pendant 1h et on aime ça !