Good Morning England

good morning englandLe cinéma américain a perdu une pointure en la personne de Philip Seymour Hoffman. Il y a eu des réactions du monde entier toute la journée, incluant des musicos évidemment. Quand on a lu la nouvelle, on a repensé à ce film délirant qu’est Good Morning England et dans lequel il tenait un des rôles. Alors en son hommage, on a eu envie de te raconter ce fameux film.

Good Morning England (The Boat that Rocked – le titre anglais… no comment) est un film choral, comme on dit, réalisé par Richard Curtis aussi connu pour 4 Mariages et un Enterrement ou Coup de Foudre à Notting Hill. Mais ne te méprends pas, ce n’est pas une comédie romantique. Ou alors pas vraiment au sens propre du terme. Ici, on parle d’Amour du Rock n’ Roll, en majuscule. Et pour le vivre dans les années 60, il faut le faire de manière clandestine en pleine mer du Nord.

De nombreux personnages, beaucoup de musique, de l’humour so british et de la révolution. Parce que Good Morning England raconte l’histoire de Carl, jeune homme à la recherche d’un père toujours absent. Pour canaliser son fils et surtout discrètement le rapprocher de son père, la mère de Carl l’envoie sur le bateau où la radio pirate Radio Rock officie. Il faut savoir que dans les années 60, en Angleterre, on ne pouvait pas écouter tout ce qu’on voulait. Surtout pas tous ces chevelus obscènes qui couraient les rues à l’époque. Et c’est avec les yeux de Carl qu’on découvre tout cet univers un peu subversif, et totalement attachant.

Dans Good Morning England, l’important c’est la liberté… et le ROCK bien sûr. Et pour le coup, il y a de la bonne musique dans cette BO. De The Kinks, en passant par Jeff Beck, The Who, Procol Harum et Cream, on en prend plein les oreilles. Mais Radio Rock ne serait rien sans ses DJ. Chacun d’entre eux se partagent l’antenne, avec leur personnalité et leurs petites rivalités. A ça, on ajoute la menace gouvernementale, et hop, le tour est joué.

Film Title: THE BOAT THAT ROCKED

Mais c’est sans compter les performances d’acteurs, tous absolument excellents. En tête de troupe, un joli trio fait quand même surface : le dandy Bill Nighy, le méchant réac Kenneth Brannagh et le résistant Philip Seymour Hoffman. Trois acteurs toujours impeccables peu importe la situation ou le rôle qu’on leur donne.

Ce n’est qu’un rôle parmi tant d’autres pour Philip Seymour Hoffman, et c’est aussi pour ça qu’on l’aime. Même caché dans la masse d’acteurs présents sur ce bateau, il arrive toujours à tirer son épingle du jeu. Alors, pour l’artiste, voilà notre humble hommage. Le Comte nous manquera.