Les 24h de l’INSA 2014

Il nous aura fallu bien 2 jours pour savoir si on allait écrire un article sur la soirée du vendredi des 24h de l’INSA, tellement on a été déçu, c’est dire. La 40ème édition du célèbre festival étudiant, jadis gratuit, n’a pas égalé nos espérances. Loin de là.

24h de l'INSA 2014

La programmation était pourtant alléchante en ce vendredi, avec entre autres Deportivo et Is Tropical. Déjà, l’ouverture se fait très tard par rapport à ce qui avait été annoncé. Plus d’une heure, ça fait beaucoup pour un festival devenu payant. Du coup, ça influera beaucoup sur notre soirée déjà bien avancée. Le premier groupe à jouer, c’est Afterglow. Dès la première chanson, on se dit que ça ressemble à Pixies, puis Smashing Pumpkins, 30 Seconds to Mars, ou encore Foo Fighters. La seule chose qui leur manque c’est une identité propre. Mais bon, on s’amuse à jouer à ce blind test, ça nous occupe.

On rejoint l’autre scène pour voir ce qui s’y passe. On y trouve pas grand-chose qui nous donne envie d’y rester alors on préfère assister aux balances assez laborieuses de Deportivo, malgré eux. Il est déjà 22h et on peut enfin entendre de la bonne musique. Deportivo mériterait d’avoir plus de visibilité sur la scène rock en France. Ils sont bons, tant en studio qu’en live et leurs titres sont beaucoup mieux écrits que ce qu’on peut entendre chez d’autres groupes. L’énergie nous réconcilie pendant un temps avec les 24h de l’INSA : c’était une très bonne idée de les faire venir.

A la fin de leur très bon set, il est déjà 23h bien passé. On comprend vite que si on souhaite rentrer avec les transports en communs comme d’habitude, on va rater Is Tropical. La faute à l’ouverture des portes sans doute. Enfin on passera un long moment à faire la queue devant le peu de toilettes disponible (non, mais la base, les mecs !) pour finalement se résoudre à partir.

Au final, on aura payé pour apprécier un seul groupe dans la soirée alors que les années précédentes, il y avait aussi du lourd, et on pouvait applaudir plus d’artistes avant minuit. Et puis, l’ambiance était forcément différente. Certes les relous n’avaient pas forcément envie de payer ce qui évite pas mal de bagarre mais ça refroidit aussi plutôt l’atmosphère. Peut-être que le samedi était un peu plus réussi, on est ravi de n’avoir pas pu y assister. Oh, et puis, une pinte de Kro à 5€, vous êtes sérieux ?! On vous souhaite pas bon anniversaire !

Publicités