Portishead – Live aux Nuits de Fourvière

Touteouïe est en RTT ce soir et c’est Mezz qui est dans la place… de Fourvière évidemment pour un live de Portishead. Il y a 2 ans, souvenez-vous on les avait déjà vus à Vienne et on avait été hypnotisés. Pour cette année, on avait dit qu’on ferait l’impasse, mais c’était sans compter sur la bonne fée M. qui nous invita à revivre ce moment unique.

portishead fourvière 1

20h15, le théâtre n’est pas plein et comme souvent, les meilleures places sont « réservées » pour qui on ne sait pas, mais quand on voit le prix des places, on aimerait savoir… Donc non seulement, ces VIP ont les meilleures places, mais ils sont dispensés du parcours du combattant orchestré par les « petits jeunes en blanc » qui vous font passer « pas par-là », « non pas par ici », « montez », « descendez » et tout ça sans sourire et en hurlant… Il y a des moments où il faut garder son sang-froid et avoir une bonne condition physique… Que ne ferions-nous pas pour Beth Gibbons ?

Justement, notre dévotion à Portishead s’apprête à être mise à rude épreuve. Thought Forms entre en scène… Et c’est un douloureux moment à passer. Est-ce la balance qui est mal faite ? Le manque de contact avec le public ? En tout cas, on a pris autant de plaisir à les entendre que d’aller chez le dentiste pour un coup de roulette, à moins que ça ne soit un retour à l’école et le crissement de la craie sur le tableau noir. J’en viens à me demander, si ça ne vient pas de moi… mais les conversations de mes proches voisins et entendues dans le funiculaire me confirmeront ce ressenti… de long bruit désagréable. Pourtant, c’était déjà eux en 1ère partie en 2012 et même si on n’avait pas été subjugué, on n’en avait pas ce « mauvais » souvenir.

22h00 Beth Gibbons et ses acolytes entrent en scène et on se dit que ça ne va pas être facile de nous embarquer alors que le début de soirée a été « loupé ». Au bout de 2 chansons avec Mysteron, on est déjà haut dans le ciel, tout est oublié, on goûte juste à l’instant magique. Les chansons s’enchaînent. Entre chaque morceau, Beth nous tourne le dos, sa timidité est palpable mais une fois qu’elle chante, elle est bien avec nous… Peut-être trop, sa voix trahit son émotion. Comment fait-elle pour se mettre dans cet état-là chaque soir. Arrive le moment de Glory Box sous les acclamations du public. C’est un pur moment d’émotion et on se surprend à avoir la chair de poule… Rien à voir avec la température extérieure.

portishead fourvière 3

Malheureusement, nous ne pourrons rien dire de l’habillage vidéo… étant mal placée. Par contre, les lumières que cela projette sur les gradins et dans la fosse, où des milliers de têtes se balancent d’avant en arrière, témoignent de l’ensorcellement dont le public a été victime. Nous sommes tous dans une bulle magique, qui éclate d’un seul coup, après un très bref « bonsoir ». Personne ne veut redescendre et sortir de son hypnose, Portishead entame donc un rappel un peu court, clôturé par le traditionnel lancé de coussins.

Merci Beth pour ce moment magique et merci à la bonne fée M. pour m’avoir entraînée avec elle et avoir fourni les photos d’illustrations.

Mots de Mezz
Photos de la bonne fée M.

*****

Setlist

1. Silence
2. Nylon Smile
3. Mysterons
4. The Rip
5. Sour Times
6. Magic Doors
7. Wandering Star
8. Machine Gun
9. Over
10. Glory Box
11. Chase the Tear
12. Cowboys
13. Threads

Rappel
14. Roads
15. We Carry On

Publicités