The National – Live aux Nuits de Fourvière

On a attendu la venue de The National pendant 3 ans. Depuis notre première rencontre live avec le groupe lors du Leeds Festival 2011, on a espéré qu’ils reviennent jouer dans le théâtre antique de Fourvière. Ce jour est enfin arrivé ! Une belle façon de clore notre festival des Nuits des Fourvière 2014.

James Vincent McMorrow

James Vincent McMorrow

Il pleut, il mouille, c’est la fête à la grenouille. On récupère un petit poncho « sac poubelle » à l’entrée, on se ramasse une dernière petite saucée avant de débuter la soirée. Notre bière est donc coupée à l’eau ce qui ne gâchera rien à la première partie qui est irlandaise. James Vincent McMorrow est entouré de plusieurs triangles s’éclairant au fil de sa musique un peu inspirée par Bon Iver, il faut le dire. On n’avait écouté que le dernier album du monsieur, qui passe décidément très bien en live. Il parle un peu, ce qui est toujours appréciable. Bref, on passe un très bon moment. On ne voit pas le temps passer c’est dire.

Mais il est déjà l’heure d’aller faire un tour aux toilettes et d’en profiter pour se ravitailler niveau boisson. La pluie a bien cessé et pour de bon. La lumière s’éteint, Riders on the Storm des Doors se fait entendre alors qu’on aperçoit le groupe sur le point d’entrer sur scène. C’est parti. Matt Berninger semble comme un lion en cage tant qu’il n’est pas au micro. Les morceaux de Trouble will find me, dernier album en date du groupe, sonnent bien en live et c’est tout ce qu’on attendait de The National. D’ailleurs, c’est Don’t Swallow the Cap et I should Live in Salt qui se chargent d’ouvrir les hostilités. Savoureuses à souhait. Et ce n’est pas tout. On aura un mélange de nouveau, d’ancien, voire de très ancien. Ada, Bloodbuzz Ohio (et sa batterie absolument géniale) ou encore Afraid of Everyone et Abel nous rappellent que The National n’a pas volé sa notoriété. Bryce Dessner (l’un des jumeaux à la guitare) se charge de parler en français au public entre quelques morceaux. (Merci pour l’effort !)  Mention spéciale au batteur Bryan Devendorf, absolument impressionnant de dextérité.

The National - Nuits de Fourvière

The National

On se dit presque à chaque titre, que ça mériterait bien un lancer de coussins, si seulement on nous en avait distribué en début de soirée. England, Graceless, ou encore Fake Empire auraient été appropriés. Si Berninger ne parle pas beaucoup, il est complétement habité, tantôt vissé à son micro, tantôt à déambuler nerveusement sur la scène. Il enverra même valser son pied de micro à plusieurs reprises. Au fur et à mesure, on sent que l’envie de se mêler au public le démange. Et on ne croit pas si bien dire, puisqu’au rappel il fera le tour du théâtre, jusque dans les gradins pendant Mr November, puis dans la fosse pendant Terrible Love. Le groupe termine le concert sur un Vanderlyle Crybaby Geeks, en acoustique avant de quitter la scène, en remerciant le public et le staff des Nuits de Fourvière.

On avait gardé un très bon souvenir du concert de The National au Leeds Festival. On avait beau être fatigué et avoir froid, on avait l’impression d’être dans une petite bulle magique. On se demandait même si on n’avait pas imaginé cette magie live. Mais ce soir, à Fourvière, on en a repris plein la figure, et les oreilles. On le redit : The National auraient mérité un lancer de coussin en bonne et due forme.

Encore une année bien belle pour les pierres de Fourvière. Vivement l’année prochaine.

*****

L’avis de Mezz
On était un peu obligé de venir voir The National ce soir. Touteouïe nous l’a annoncé d’office dès la divulgation de la programmation. On avait un peu peur de ce que leur musique un peu pépère pouvait bien donner en live. On a été tout à fait surprise et plus encore. Le groupe à une énergie, et une générosité qu’on n’avait pas soupçonnées. La première partie était une véritable découverte et on va certainement se pencher sur son cas. Enfin, le staff des Nuits de Fourvière doit bien s’occuper de leurs artistes pour les remerciements que le festival a reçus !

*****

Setlist

1. Don’t Swallow the Cap
2. I Should Live in Salt
3. Ada
4. Bloodbuzz Ohio
5. Sea of Love
6. Hard to Find
7. Squalor Victoria
8. Afraid of Everyone
9. I Need My Girl
10. This Is the Last Time
11. Guest Room
12. Abel
13. Slow Show
14. Pink Rabbits
15. England
16. Graceless
17. About Today
18. Fake Empire

Rappel
19. City Middle
20. Mr. November
21. Terrible Love
22. Vanderlyle Crybaby Geeks