Gil Hockman – Live à Lyon

Imagine un peu l’ambiance de ce jeudi 3 décembre. Tu finis de bosser après une longue journée ultra fatigante. Tu es dans le bus et tu ne penses qu’à une chose : rentrer, te mettre sous la couette à regarder un bon vieux film que tu as vu 14586 fois, histoire de reposer ton cerveau. Tu n’as pas envie d’aller faire du sport comme tous les jeudis. Non. Et puis, tu arrives enfin chez toi et voilà qu’un pote te propose d’aller faire un tour au Kraspek Myzik pour un concert de folk. Toutes tes résolutions s’évanouissent et tu te traines tout en haut de la montée St Sébastien pour les concerts de The Postman Horse et de Gil Hockman.

kraspek-logo-definitif3-7j25

On aime le Kraspek. C’est tout petit, cosy et underground, parfois, un peu trop chauffé, la bière est pas chère, et la programmation est toujours un mystère. Bah oui, notre culture musicale n’est pas infinie ! Donc c’est une soirée découverte totale qui nous attend. Lorsqu’on arrive, The Postman Horse, petit lyonnais, a déjà commencé. On s’installe près du bar et on se délecte du son qu’on entend à mesure qu’on sirote une petite bière. On se laisse porter par le talent du monsieur et on se dit qu’on a bien fait de sortir de chez nous.

Pour Gil Hockman, on décide de s’asseoir par terre. On ne connait pas plus sa musique mais on est déjà vite épaté par la chorégraphie que fait le sud-africain avec toutes ses pédales au sol. S’il est tout seul sur scène, ses loops et ses samples live structurent un peu plus chaque morceau. On entre totalement dans sa bulle sans mal. On plane complet et c’est tout ce qu’il nous fallait ce soir. On n’en dira pas plus sur le sujet, vu qu’on s’est simplement laissé porter par la musique et que c’est difficile de traduire ça en mot mais sache juste que cela faisait longtemps qu’on n’avait pas assisté une bonne soirée folk. Ecoute donc The Postman Horse et Gil Hockman pour vérifier par toi-même.

Quand on y pense, au lieu d’être au fond du lit à 20h12, on s’est glissé sous une couette folk, bien au chaud au Kraspek Myzik, avec en bonus un peu de bière. Un peu comme si on était à la maison, en fait.