Hellfest 2016 – Jour 2

Hellfest Acte 2. On est prêt et en plus, aujourd’hui, il ne devrait pas pleuvoir: un feu en hommage à Lemmy est prévu ce soir donc forcément !!

On voulait voir les Dirty Fonzy, mais fouille oblige, le passage par la cathédrale nous fait encore perdre trop de temps… Mais bon, c’est pour notre sécurité.

hellfest 2016 jump insane motion

On arrive à la Warzone pile pour le début des Sales Majestés, et nous sommes très surpris par le monde. C’est très sympa, c’est du bon punk bien de chez nous comme on l’aime!

Suit, Strife, groupe de hardcore californien, rien de bien original me direz-vous, et vous auriez raison. C’est bien mais sans plus, le monde est surtout là car Phil Campbell (Motörhead) est ici pour se « recueillir » à sa façon sur la statue/autel de son ami Lemmy en lui hurlant un “You’re playing fucking too loud !!”. Encore un moment d’émotion… Décidément…

Après direction Mainstage, on retrouve encore des californiens : Sixx:AM. On pourrait décrire ça comme du Mötley Crue tant dans le visuel que dans la musique. Après, on aime, on aime pas, mais j’avoue que j’ai passé un bon moment.

Ensuite, vient Sick of it All. les New-Yorkais arborent fièrement un drapeau “30 Years”. Eh oui, on prend un coup de vieux avec eux, mais ils ont toujours autant la patate sur scène et Pete Koller est monté sur ressort !! Ce qui est sûr, c’est qu’au bout de 30 ans, ils se donnent toujours à fond et ça fait vraiment plaisir à voir !

La bonne surprise du jour vient des Toy Dolls. Les Britanniques en costard et lunettes de soleil font un show énorme et très festif. C’est démentiel, ça part dans tous les sens, mais c’est aussi là que la Warzone montre ses limites… En effet, les marches sont en copeaux de bois ce qui est confortable et pratique contre l’humidité, sauf que…. ben les copeaux, ça se balance, et donc à partir de ce moment là, ça n’a pas arrêté jusqu’à la fin du Hellfest. C’est vrai que les marches étaient une idée top pour pouvoir se poser un peu, mais le coup des copeaux, c’était drôle 5 minutes et après c’était franchement relou…

On enchaîne avec Bad Religion. J’avoue, je ne connaissais pas bien, et j’ai été très agréablement surpris par la voix douce et posée du chanteur sur les riffs bien gras. Moment très plaisant.

Retour vers le futur

Puis je cours vers la barrière, pour attendre Ludwig Von 88, le groupe qui m’a fait marrer toute mon adolescence, que j’ai toujours rêvé de voir en concert ! Visiblement je ne suis pas le seul !! La Warzone se remplit à vitesse grand V. Karim et sa bande déboulent sur scène et assure un show à la hauteur des 17 années d’attente qui nous sépare de leur dernier concert. Un joyeu bordel s’installe de part et d’autre de la barrière : Karim est en pleine forme, les musiciens aussi, le public part en vrille et connait les paroles par cœur. Bonheur ultime : la mayonnaise a pris du début à la fin!

On repart vers la Mainstage pour voir la fin des Twisted Sister. Dee Snider n’a rien perdu de sa superbe et ça balance. ils font monter Phil Campbell sur scène pour jouer deux morceaux dont une reprise de Motörhead. Dee a un petit mot pour Lemmy, et on enchaîne avec l’hommage du Hellfest au maître.

hellfest 2016 fireworks insane motion

Une petite rétrospective sur les écrans et un feu d’artifice aussi majestueux que celui de l’an dernier avec une mention spécial à la fin avec RIP LEMMY qui s’affiche dans le ciel… Purée, décidément ces foutus moucherons ne veulent pas se barrer de mes yeux… Phil Campbell arrive à choper un micro pendant que les roadies vident la scène des Twisted Sister et nous dit un petit mot très sympa. Il nous assure que c’est le meilleur hommage à Lemmy qu’il ait vu “so far”. Quelques anecdotes plus tard, le public scande “Lemmy, Lemmy!” Phil ne veut pas partir, car c’est « super de nous voir comme ça ». Pour finir, une vidéo du rappel du concert de Motörhead de l’an dernier est projeté sur les écrans. C’est là où on réalise qu’effectivement, Lemmy était vraiment fatigué. eVe avait d’ailleurs rebaptisé le groupe “Moutorhead” après ce concert… Mais bon, on l’aimait bien notre Lemmy.

Pour finir, on ne va pas voir Korn, ils nous ont trop déçus l’an passé, donc direction Gutterdämmerung. Porté par Henry Rollins, l’opéra rock a très bonne presse, sauf que… On ne tient pas jusqu’au bout : se poser devant un film à 1h du mat’ après une journée de festoche dans les pattes, c’est rude. Vous allez dire que je suis trop vieux, et vous avez peut-être raison, mais j’assume! Allez, au lit, see ya for the last day!

Mots de Nonobarge

Photos d’Insane Motion