Hellfest 2016 – Jour 3

Ce matin on voyage léger. Pas de pluie prévue au fest’. Il faut vider la cashless, donc bière et rebière mais sans abus hein ? L’ambiance est toujours au top, mais plus ça va et plus on trouve qu’il y a du monde. C’est flagrant sur les grosses affiches devant les Mainstages par rapport à l’an dernier. Petit point sur l’orga qui est là encore parfaite, et les toilettes toujours impeccables. Le Hellfest, c’est propre ! Et c’est toujours appréciable en festival. Mais trêve de blabla, on en est au dernier jour de festival et il s’en est passé des choses !

hellfest 2016 sunday crowd insane motion

On commence avec Fallujah bon groupe de death, qui fait donc du death, et du … death. Rien de bien original, c’est sympa ça se regarde, mais bon. Ensuite nos oreilles supportent les solos interminables de Dragonforce. Bon, Dragonforce, c’est soit on est technicien de la guitare ou on joue à guitare hero et on adore, soit, on n’aime pas. Moi je suis batteur, et j’ai pas de console, je vous laisse deviner ma catégorie…

Enfin tout ça pour attendre No one is innocent, avec une petit appréhension : les fois précédentes où nous les avions vu, ils avaient trop parlé politique à tel point que s’en était devenu saoulant. Résultat : on s’était barrés au milieu du concert. Et là, bonne surprise, Kémar met la politique un peu de côté ce qui nous permet de profiter pleinement du groupe et c’est génial !

On reste sur place pour voir Gojira, les Landais on les aime, ils sont bon, ils envoient du bois (comme on dit) et savent nous faire vibrer au rythme de la double grosse caisse. On ne décolle pas de la Mainstage car après c’est Slayer. Pas besoin de les présenter mais pfffoulala, c’est toujours aussi bon, aussi grand, aussi rugueux. Tom Arya affiche une banane pendant tout le set. Le public ne s’y trompe pas : Slayer ne fait pas partie du big four pour rien !

Après on hésite un peu et c’est par hasard qu’on va voir Walls of Jericho. Comme quoi, le hasard fait bien les choses ! Le groupe de Détroit emmené par Candace Kucsulain est explosif. C’est réellement la baffe du jour! Candace a une patate communicative et malgré ses “fucking” tous les deux mots, il nous transporte avec elle sur sa planète hardcore. Bref, on a pris une bonne claque et on a bien kiffé.

hellfest 2016 ghost insane motion

Vient ensuite Ghost. Petite appréhension là encore, parce que la dernière fois qu’on les a vus, c’était pas glorieux. Mais là, bonne surprise : c’est bien monté, le Pope est généreux avec le public (à sa façon bien sûr) et on passe un bon moment.

Et enfin arrivent les pères fondateurs du Métal, les biens nommés Black Sabbath ! On ne sait pas trop à quoi s’attendre, c’est un secret pour personne, mais la forme d’Ozzy laisse à désirer… Bref, après une intro vidéo, on a le droit au morceau éponyme et après enchaînement des tubes, pour finir en beauté sur Paranoïd. Malgré un Tommy Iommi fixe et un Ozzy qui faisait peine à voir se déplacer, on a bien aimé, parce que c’est la dernière, il faut savoir raccrocher. Malgré tout, Ozzy reste généreux avec son public et quoiqu’il arrive, on a devant nos yeux une page d’histoire du métal qui se tourne.

On finit le Hellfest avec une petit déception de la part de Decide. J’attendais un peu plus de show de la part de ce groupe que j’écoutais dans ma jeunesse, mais visiblement le chanteur a dû voir une araignée sous la tente du Temple parce qu’il fixe le plafond en permanence. Bref pas très généreux et un peu déçu de finir là dessus.

Encore une fois, le Hellfest a été à la hauteur de nos espérances et si on pouvait, on y retournerait tous les ans…

Mots de Nonobarge

Photos d’Insane Motion (un grand merci de nous avoir permis d’utiliser ces magnifiques photos pour les articles)

Publicités