Tame Impala – Live aux Nuits de Fourvière

On commence fort notre semaine spéciale Nuits de Fourvière. On avait rendez-vous avec les hippie hipsters de Tame Impala en ce lundi 4 juillet. En parlant d’hipsters, le théâtre antique en est rempli et c’est même plutôt drôle de voir tous ces looks étudiés et ces barbes bien taillées, mais trêve de plaisanterie, on n’est pas là pour faire du Closer.

Tame-Impala-2016

La première partie, c’est Mac DeMarco. « Faut pas le rater ! » qu’on nous dit. On est obéissant et donc on s’installe à l’heure pour le canadien. Si le son bizarrement réglé gâchera un peu le rendu musical, on est très surpris par le groupe délirant qu’on a sous les yeux. Guitariste qui joue sur un pied, bassiste au look improbable, clavier terrorisé et terrifiant, et Mac DeMarco… finalement il y a bien que le batteur qui semble à peu près normal dans cette formation. Parce que Mac DeMarco est drôle, boit du whisky au goulot et fait le con avec ses collègues. Il nous raconte qu’ils ont bien fait la fête la veille avec Tame Impala (ce sera confirmé par les intéressés un peu plus tard d’ailleurs). Mais ça ne l’empêche pas de faire des solos de guitare les mains dans le dos et de finir le concert à slammer dans la fosse. On aimerait bien avoir des gueules de bois comme les siennes !

Changement de décor. Tout le monde attend Tame Impala désormais. Il est 22h20 lorsque les australiens entrent en scène. Le son est super fort si bien que ça résonne même dans notre cage thoracique mais heureusement, ça va s’arranger (ou alors on va s’habituer). Une pluie de confetti s’invite dès le 2ème morceau et on se dit qu’on va passer une très bonne soirée avec ces hippies, aux cheveux longs et aux pieds nus. Si Lazy Pete n’avait pas été ébloui par leur prestation à Rock en Seine l’année dernière, on ne boude pas notre plaisir d’entendre des titres comme Let it Happen, Why Won’t You Make Up Your Mind? ou Why Won’t They Talk to Me?

On passe tellement un bon moment, qu’on envoie valser notre coussin dès Elephant qui arrive assez tôt dans la setlist d’ailleurs, mais comme le titre suivant n’est autre que The Less I Know the Better, on se dit qu’on est bien mieux debout et on le restera jusqu’à la fin. Le groupe sur scène est plus expressif qu’on ne l’avait imaginé. Kevin Parker parle entre les morceaux, et communie avec son public. Un vent de flower power flotte dans le théâtre de Fourvière jusqu’à un lancé de coussins de rigueur lorsqu’on a droit à un concert de ce calibre.

Lorsque Tame Impala revient pour le rappel, Mac DeMarco et son groupe sont embauchés pour relancer tous les coussins dans la fosse. Une occasion supplémentaire de mettre le bordel que le monsieur ne pouvait pas laisser passer évidemment. Tel un gamin, il s’exécute à renvoyer tous les coussins dans les airs. Et s’il en reste encore sur scène, Parker s’allongera dedans pour chanter. En définitive, confettis et coussins vont finir par se mêler pour un final toujours aussi « feel good ». Une jolie soirée qui ouvre la voie à une semaine 100% Nuits de Fourvière. Notre prochain rendez-vous : Sigur Rós…

*****

Setlist

1. Nangs
2. Let It Happen
3. Mind Mischief
4. Why Won’t You Make Up Your Mind?
5. Why Won’t They Talk to Me?
6. The Moment
7. Elephant
8. The Less I Know the Better
9. Daffodils (reprise de Mark Ronson)
10. Eventually
11. Yes I’m Changing
12. Alter Ego
13. Oscilly
14. It Is Not Meant to Be
15. Apocalypse Dreams
16. Feels Like We Only Go Backwards
17. New Person, Same Old Mistakes

et merci eVe pour la place !

Advertisements