Nuit Soul des Nuits de Fourvière

On a la chance de faire partie des blogueurs lyonnais à participer au Coup de Coeur de la programmation des Nuits de Fourvière. Et cette année, le coup de cœur collectif des blogueurs, la Nuit Soul nous en a mis plein les oreilles et les yeux en ce samedi 2 juillet.

Charles Bradley

Charles Bradley

Arrivée en retard (grosse journée du samedi !), on se rend compte qu’on a raté James Hunter Six, l’anglais. Sorry guys ! Malted Milk est même déjà en train de commencer son set. Dur de trouver une place. Le théâtre est bien rempli et ça fait plaisir pour une telle soirée. On décide de grimper les escaliers et de se caler tout en haut, en haut. On est pas serré et on a une vue d’ensemble pas désagréable : scène, public et la ville de Lyon au loin. Que demande le peuple ?

Bref, la soul, on connait mal. Même très mal. On est venu là pour approfondir tout ça d’ailleurs et découvrir des voix. Et on va en entendre des impressionnantes ! D’abord Malted Milk. Ce groupe français s’accompagne d’une américaine de Memphis, Tennessee, Toni Green. Une voix à tomber par terre, d’une force et d’une justesse incroyable. « Je te veux dans mon équipe » ! L’ensemble met une ambiance imparable et réchauffe l’atmosphère bien fraîche en ce début juillet. Coup de cœur pour le morceau blues exécuté avec une puissance incroyable.

Mais ce n’est que les débuts des frissons puisque Charles Bradley va nous en procurer un paquet. Bradley a été découvert sur le tard mais qu’importe. Il est époustouflant. Evidemment, dur de ne pas penser à James Brown lorsqu’on entend sa voix ou quand on le voit s’amuser avec son micro, mais il y a un dosage parfait entre une certaine douleur et la sex-attitude de ses mouvements. Le tout avec classe, of course. On est captivé du début à la fin avec une apothéose sur Changes, la reprise de Black Sabbath, de toute beauté.

Contente que cette soirée ait été le coup de cœur des blogueurs lyonnais, parce qu’en tout cas, je n’en suis pas sortie indemne. C’était magique. Cette année les Nuits de Fourvière ont mis la barre très très haute.

Publicités