Nick Cave – One More Time With Feeling

A la veille de la sortie de Skeleton Tree, le 16ème album de l’intrigant Nick Cave et de ses Bad Seeds, on se retrouve au cinéma pour voir un documentaire en noir et blanc, diffusé uniquement ce soir-là : One More Time With Feeling. L’occasion de découvrir les nouveaux morceaux en avant-première mais surtout de rencontrer un Nick Cave ébranlé par la mort de son fils Arthur, survenue 6 mois seulement avant l’enregistrement du film.

nick-cave-bad-seeds-one-more-time-with-feeling

Nick Cave est un personnage discret qui contrôle ce qu’il dit dans ses chansons et face caméra. On l’a bien remarqué dans 20.000 jours sur Terre. Mais dans One More Time With Feeling, Cave se livre. Pas totalement, au début, mais à mesure que le documentaire avance, on en apprend davantage sur ce tragique évènement et sur les répercutions que cela a pu avoir sur le couple Cave-Bick, sur le processus créatif et sur la vision de la vie du mystérieux australien.

En noir et blanc, et entrecoupé de nouveaux morceaux dont certains sont très imprégnés de douleur, le film-documentaire suit le cheminement de l’artiste dans son deuil et parfois, s’il cherche ses mots ou s’il ne parle pas, on voit clairement dans ses grands yeux, la détresse qu’il ne dit pas. On s’étonne à le voir s’ouvrir toujours un peu plus à la caméra, à mesure que le film avance. Et finalement ce qui semblait être une toile de fond au début (la mort d’Arthur), devient le centre même de la discussion. Un moyen d’éviter la promo et les journalistes peut-on lire ici et là. C’est sans doute la meilleure façon d’éluder les questions gênantes, car tout est là : une famille qui tente de se reconstruire après une telle tragédie, un artiste en proie au doute et au manque de créativité qui découle de l’évènement, et nous en spectateur de tout ça…

Comme tout œuvre de Nick Cave, l’expérience est assez unique. On sort du cinéma complétement chamboulé, comme si on avait connu Arthur et comme si on vivait ce deuil encore frais. Il nous aura bien fallu une nuit de sommeil pour digérer les 2h de film et encore on n’est pas sûr d’en être ressorti indemne. Maintenant, Skeleton Tree est sorti et on se demande si on va l’écouter aujourd’hui. C’est peut-être trop tôt pour nous…