Daddy – Let Me Get What I Want

daddy-james-franco-let-me-get-what-i-want-smithsJames Franco est un peu énervant. Il peut être un bon acteur, il sait écrire des bouquins, il fait de la peinture, il se laisse regarder et en plus il fait de la musique. Bon, l’homme parfait en somme. Sauf peut-être qu’il s’aime un peu trop mais c’est pas bien grave.

Bref, James Franco a un groupe avec son pote Tim O’Keefe. Leur nom de scène : Daddy.  Et il serait grand temps de parler de Let Me Get What I Want, leur 1er album studio (après un EP sorti en 2012).

Pour cet album, le duo a pris pour inspiration The Smiths et la new-wave anglaise en général. Un très bon choix pour un album. En plus, si tu embauches le bassiste originel des Smiths, Andy Rourke. Tu as tout gagné.

Au final, tu as 10 titres cohérents pour une durée honorable de 51 minutes à écouter sans modération. Difficile de choisir le titre qu’on préfère dans cet album et on ne va pas en faire une critique détaillée car chaque morceau s’emboîte sans jamais se dépasser en qualité. Les morceaux sont plutôt longs et du coup, on perd vite la notion du temps avec Daddy. Certes, l’ouverture sombre à souhait I’m a Sword Swallower est une petite pépite, nous rappelant la noirceur parfaite de la new-wave avec un son plus actuel. Mais à l’écoute de Let Me Get What I Want, on a plus l’impression d’écouter la BO d’un bon film indie sur l’adolescence.

En même temps, ce n’est pas trop étonnant puisque le disque s’accompagne de 10 clips inspirés de la vie de jeunes américains qu’on suit à travers des vignettes, un peu comme un year-book. Les images sont floues, bizarres et on ne sait pas trop où tout ça veut en venir mais on reste hypnotisé. C’est que ça doit être bien fait.

Bon boulot, Daddy !

Publicités