Hellfest 2017 – Jour 2

Aujourd’hui on met de la crème solaire parce que que ça va cogner ! Il faudra penser aussi à boire… Euh, de l’eau aussi, oui peut-être !

Hellfest 2017 evan forget

Mais trêve de blabla, direction la mainstage pour découvrir les petits gars du coin (coin) : Ultra Vomit, sans trop savoir à quoi s’attendre. C’est vrai que c’est drôle sur album, maintenant sur scène… Et là, grosse baffe. Ils sont juste énormes. On se marre du début à la fin. Nico Patra n’est pas avare en vannes (et des bonnes). On a droit à beaucoup de morceaux de leur dernier opus Panzer surprise! comme Calogira (comprendre Calogero+Gojira), Évier Métal, le philosophique Pipi vs caca, La ch’nille (et voir des métalleux faire la chenille… ben c’est juste fendard !)… De terminer sur un magnifique Je collectionne les canard (vivant)… Bref, devant la mainstage c’est blindé alors qu’il n’est que 13h mais on comprend pourquoi. Alors, ok musicalement ça ne casse pas trois pattes à un canard (vivant !), mais tout le monde retrouve son univers musical et on a passé un super moment. Mention spéciale pour avoir fait Quand j’étais petit (chanté à la Lemmy) juste avant le concert de Phil Campbell. On s’est même demandé si Phil n’allait pas débarquer sur scène…

On reste pour voir justement l’ami Campbell, avec ses Bastard Sons mais… C’est décevant, ça ne colle pas, c’est… Non, on sait, ce n’est pas du Motorhead, mais non ça ne prend pas, on ne reste pas. On en profite par curiosité pour aller voir Igorrr, uniquement parce que le nom nous fait tripper. Bon, on fait vite demi tour. C’est un DJ qui mix sur du métal, avec des screamers. Pas notre came, donc. On aurait dû mieux se renseigner…

On en profite pour se balader pour admirer les nouveaux décors à côté de la Warzone. Changement de fonction pour le skate park qui devient un espace d’ombre avec brumisateur! Autant dire que c’est blindé en permanence ! Ils ont aussi modifié l’emplacement de l’espace VIP et en ont profité pour le refaire. Résultat tous les anciens éléments de décors (carcasse d’avion, hélicoptère crashé, banc balancelle…) ont été réparti autour du feu skate park. Ce qui ajoute une petite touche apocalyptique sympathique au site!

Retour vers le futur… ou le passé

Après cette promenade, retour dans nos années d’ado boutonneux attardé avec Ugly Kid Joe (25 ans en arrière quand même !). Après tout ce temps, on ne sait pas trop à quoi s’attendre donc on est fébrile (de manière discrète) ! On a droit aux grands classiques du groupes (Neighbor, Cats in the cradle, Everything about you…) même un petit Ace of Spade en hommage à Lemmy. Set impeccable. On n’est vraiment pas déçu. On a passé un bon moment de nostalgie.

S’en suit Steel Panther. Bon, je ne vais pas m’étendre sur leur prestation parce que je ne suis pas fan de l’esprit, même si musicalement ça tient la route. Le glam c’est un peu so seventies, no ?

Après les années 70, on passe logiquement aux années 80. On enchaîne avec Trust. Oui madame, T R U S T, les vrais, en chaire et en os… Oui bon enfin Bernie et Nono, mais bon Trust quoi. Ouais, je m’emballe. Je m’attendais peut être à trop : Bernie, bob et lunette de soleil vissés sur la tête, manque un peu de générosité. Il reste dans son truc, pas trop d’échange… Il n’y a guère que Norbert qui nous regarde un peu, mais bon, ça ne nous a pas empêché de ̶c̶h̶a̶n̶t̶e̶r̶ hurler Marche ou crève ou autre Antisocial (tu perds ton sang froid!).

Viennent ensuite les saxons nommés (roulement de tambour) Saxon (et une blague pourrie, une). On n’a pas à faire à des lapins de trois semaines. Ces gars là font parti de la NWOBHM (comprenez new wave of British heavy metal). Biff Byford a encore une bonne énergie et le set est bien sympa. Mais je dois avouer qu’on est là plutôt pour être placé pour nos chouchous : j’ai nommé Airbourne ! J’adore les discussions dans la fosse : “Tu va voir, c’est un grand malade !”; “Chouette on va bien se marrer !”; “Faut que je me rapproche de la scène, je veux une bière !”; ou encore, “C’est dommage qu’il n’est plus le droit de grimper, c’était super impressionnant !”… et bien, tu sais quoi ? Même si, à priori, il n’avait plus le droit, il s’en fiche Joël. Il a grimpé tout en haut de la mainstage pour faire son solo, parce qu’il est comme ça Joël, il fait péter des canettes, il monte sur les épaules de Skippy (le Kangourou mascotte), et il partage des binouzes avec son public… Bref, c’est toujours aussi généreux, le changement de guitariste, suite au départ de David Roads, passe quasiment inaperçu, et le concert file presque trop vite !

Une déception peut en cacher une autre…

Arrive un concert que j’attendais particulièrement: Apocalyptica, depuis le temps que je voulais les voir sur scène, j’allais enfin en profiter… Jusqu’à ce que… La fébrilité a rapidement fait place à la déception : c’est mou, ils ne bougent presque pas. J’attends, je tiens bon, mais au bout d’un bon quart d’heure c’est plus possible. Trop déçu, je vais aller boire des bières pour oublier cet épisode malheureux… Fort heureusement, les New-Yorkais d’Agnostic Front sont là pour me remettre la banane. J’aimais bien quand j’étais ado, et ça passe toujours aussi bien, ça scream, ça saute, ça blast, bref, ça remonte le moral.

Je parle d’Aerosmith ?… Oui ?… Sûr hein ? Bon, vous l’aurez voulu… Nan plus sérieusement, arrêtez les gars, c’est bon, vous êtes là depuis suffisamment longtemps, même les 504 ne tiennent pas autant que vous. Comme quoi, le botox ça conserve ! Comme diraient les Nuls : « Les rasoirs jetables, un jour, faut les jeter !”. Bref, c’est trop millimétré, on a l’impression d’avoir à faire à des marionnettes pilotées. Voilà, je vous avais prévenu, ça ne vous plairait pas!

Pour finir la journée en beauté direction Warzone pour aller voir le grand Monsieur qu’est Sir Mike Muire et les Suicidal Tendencies. Le mec sait s’entourer des meilleurs: Ra Diaz à la basse, Jeff Pogan à la rythmique, Dean Pleasants à la lead, et le grandiose, l’excellentissime Dave Lombardo à la batterie. Bref que du gratin du bon. Ah oui, et Mike Muire est surpuissant aussi. Inside my head, I saw your mommy… Des classiques, et puis d’autres morceaux, bref, un super moment, une super énergie… On a kiffé grââââve!

Aller on rentre (pas de bouchon ce soir) faire gros dodo. Demain s’annonce encore épique !

Mots de Nono

Photo d’Evan Forget – Merci beaucoup !

Publicités