La Nuit Blues – Nuits de Fourvière 2017

Les soirées à Fourvière, se suivent mais ne se ressemblent pas. Après le divin Benjamin Clementine, on a opté pour la Nuit Blues, histoire de faire le plein de sensations. Et on a été servi.

La nuit commence avec Leyla McCalla Trio (voire quatuor sur la fin). Bon, on est un peu à la bourre mais on aura vu presque tout le concert de la demoiselle toute en douceur, avec bandjo, violon, violoncelle entre autres. En plus, on se cale tout en haut. Un petit coin de paradis : entre la vue sur Lyon, sur la scène de Fourvière et ses colonnes, tout en profitant du son parfait, ce soir. On ne va pas se plaindre. Difficile de traduire le set de Leyla McCalla. Cela sent le bayou, en mieux, parce qu’on n’a pas de moustiques. Ses titres, mélange entre blues et folk par moment, sont pleins d’émotion. Bref, ça commence très très fort.

S’en suivent The Como Mamas. On pensait que ces trois dames finiraient la soirée. Apparemment non. Mais à peine ont-elles ouvert la bouche qu’on est happé par ce qu’on entend. Juste 3 voix, a capella. La claque. Les poils s’hérissent tout seuls sur nos bras. Au programme : Gospel. Elles nous feraient presque croire en Dieu, Jeeeeesus et toute la clique, tellement la ferveur est grande dans le théâtre. Vraiment un de nos plus beaux moments à Fourvière. On n’avait pas envie que ça se finisse d’ailleurs. Le départ de la scène des Como Mamas nous prend même par surprise. On était tellement loin que la redescente est dure.

La soirée se finit par Music Maker Blues Revue. Cette fois-ci, le blues est repris par des pointures. Grands classiques interprétés avec passion et doigté (big up au batteur qui joue debout !). La fête finit par s’installer sans mal et le jeté de coussins atteste bien, que cette nuit était vraiment réussie. En plus, la pluie a attendu la fin du show pour tomber. Le miracle du blues. Merci Fourvière pour cette soirée et rendez-vous pour la Nuit Soul, samedi soir.

Publicités