The Academic – Tales from the Backseat

Nouvelle année, nouvel album. Cette semaine sort le premier album de The Academic, ces petits irlandais qui soufflent un son indie rock fun et léger. On t’avait d’ailleurs déjà parlé de Permanent Vacation il y a quelque temps. Mais que vaut donc Tales from the Backseat ?

Si musicalement, l’innovation n’est pas ce qui frappe le plus, Tales from the Backseat n’en est pas moins un album attachant avec des morceaux rythmés et efficaces. En quelques mots, c’est un album feel-good. Il n’y a qu’à écouter les deux premiers morceaux pour s’en rendre compte. C’est joliment calibré, c’est énergique et léger à la fois. Les refrains sont d’une efficacité impressionnante, et capable de soulever les foules des festivals et autres concerts en un rien de temps. Il n’y a qu’à voir comment, en une seule écoute, on s’est surpris à connaître les chœurs de Bear Claws. A croire qu’ils se sont immiscés et imprimés subrepticement dans notre cerveau. Si tu ne reprends pas les « Hé-Ho » avant la fin de la chanson, on te paie un café. Et c’est quasiment la même chose qui se passe avec les autres morceaux. Ils s’enchaînent rapidement et distillent un sentiment de bien-être et de légèreté pendant la totalité de l’album. Tout ce qu’il faut pour bien commencer l’année.

Tales from the Backseat trouve sa force dans l’immédiateté de ses morceaux : 10 morceaux de moins de 4 minutes pour une trentaine de minutes d’écoute. Si on aurait aimé en entendre encore davantage, cet album n’aurait peut-être pas été aussi fort s’il avait duré plus longtemps. L’enthousiasme se serait sans doute essoufflé. Mais là, c’est parfaitement dosé avec des solos de guitares qui vont bien, des mélodies qui fonctionnent à tous les coups, des ruptures de rythme au niveau de la batterie et une basse au-dessus des nuages. Pas mal pour un début et cela ne peut présager que du bon pour la suite.

Avec Tales from the Backseat, on voit bien The Academic parcourir les routes d’Europe sans mal cette année. On parierait même jusqu’à les voir sur les affiches de tous les festivals d’été. Si tu ne nous crois pas, écoute donc cet album qui sort le 12 janvier.

Publicités