Saez – #humanité

Depuis Lulu Le Manifeste et son passage à Lyon lors de la tournée 2017, Saez et Toute Ouïe, ce n’est plus ce que c’était. Il faut dire qu’on n’est plus vraiment en adéquation avec ce qu’il propose. Un peu en rupture musicale avec ce cher Saez, notre madeleine de Proust ? Oui et P’tite Pute qui a été partagée quelques jours auparavant, ne nous a pas vraiment rassuré.

Le nouvel album de Saez, #humanité, sent le mode politico-pseudo-rebelo-démago-de-merdo, particulièrement apprécié par l’artiste. C’est pas la facette qu’on lui préfère, loin de là. Mais on n’a pas pu se retenir d’écouter ce nouvel album, #humanité.

Le pire mais surtout le meilleur de l’Humanité de Saez

Quand on a commencé à écouter #humanité, on ne s’attendait pas à grand chose. Et c’est la que la magie a opéré. Si Saez manque d’inspiration en termes d’idées et de textes, usés jusqu’à la corde, son talent ressort sur la composition des mélodies et des arrangements. Musicalement, #humanité est sans doute l’album le plus fou, et le plus excitant de Saez. Entre westerns modernes et vieux esprits qui se déchaînent dans Les Guerres des Mondes, ou les inspirations orientales dans l’ouverture, Humanité, sans parler de la dance kitschou et délicieuse de La Belle au Bois, le rock saezien à souhait sur La mort, la Mano Negra dans L’attentat – notre petite préférée. Bref, #humanité est variée et fait réagir nos oreilles avec un plaisir non dissimulé.

Dommage que les textes ne suivent pas. Saez n’aime pas les réseaux sociaux – surtout « insta » semble-t-il, et il le fait savoir sans aucune subtilité, dans presque tous les morceaux. La société est pourrie et tout le monde se prostitue sur la toile. Bref… Encore une fois, on préfère Saez lorsqu’il s’épanche dans des textes plus personnels plutôt que quand il veut dénoncer les vilains et vilaines qui s’en mettent plein les poches sur le dos des autres. #pasbien #cestpasnouveau #çachangerajamais #laissetomber

Au final, #humanité est imparfait mais il n’en est pas moins intéressant. La musique qui est proposée là est de grande qualité, si bien qu’on ferme les yeux sur la pauvreté de la plupart des textes – sauf L’attentat qui se distingue du lot. Allez, on te donne une seconde chance, Damien, mais c’est bien parce que c’est toi…

Comme d’habitude, Saez ne compte pas s’arrêter à #humanité et prévoit un nouvel album dès février prochain, A Dieu, et une tournée. Affaire à suivre donc…

Publicités