Placebo en 20 morceaux

Placebo fête ses 20 ans en tournée et ils sont de passage en France. 20 ans déjà… On a l’impression que c’était hier qu’on découvrait le trio mené par Brian Molko alors qu’en fait, ça fait… oui, bon arrêtons les calculs, c’est déprimant.

placebo_1

Placebo, je t’aime moi non plus

Placebo, ça a longtemps été nos chouchous. C’était presque devenu une obsession, d’ailleurs. Et puis, il y a eu les premières déceptions (concert de Marseille en 2003), la rupture (Battle for the Sun) et l’espoir qu’un jour, on les aimerait à nouveau comme avant. La vérité, c’est qu’on n’a jamais cessé de les aimer. On ne perdrait pas notre temps à découvrir leurs nouveaux morceaux à chaque fois, si c’était pas le cas. On avait même envisagé de faire une escapade à Dublin le mois prochain pour les voir à nouveau sur scène, avant de nous raviser en voyant notre compte en banque… En même temps s’ils avaient daigné passer par Lyon, déjà, ça aurait plus simple… just sayin’

Placebo, le récap

Placebo, c’est à la base trois messieurs : Brian Molko, Stefan Olsdal et Steve Hewitt (certes il y a eu un autre batteur avant qui s’appelait Robert Schultzberg mais tout le monde l’a oublié). Très vite, ils deviennent le porte-drapeau des ado dépressifs avec des chansons empreint de mal-être et de questionnement ; et un look androgyne subversif à souhait. Leur second album, Without you I’m nothing se fait très remarquer et David Bowie viendra même chanter avec eux… la classe !

Puis arrive leur 4ème album, Sleeping with Ghosts en 2003 et c’est l’explosion sur toutes les ondes (même NRJ). Grandes salles à guichet fermé et des gamines qui pleurent en apercevant Molko sur scène. Etaient-ils devenus les 2be3 du rock ? Ce n’est pas vraiment de leur faute mais on a pris peur à ce moment-là, avouons-le.

S’en suivent Meds et donc Battle for the Sun qui voit disparaître Hewitt du paysage et accueille un autre Steve à la batterie. Grosse déception que cet album, même s’il a quelques chansons sympa. Mais le mal est fait. On s’est doucement déconnecté de leur monde jusqu’à Loud Like Love, qui, même s’il est loin d’être parfait recèle quelques belles pépites.

Pour leur anniversaire et pour les remercier du soutien qu’ils ont pu être à un moment donné, on leur dédie cet article et on en profite pour compiler 20 de nos morceaux préférés, signés Placebo. Bonne écoute et bon concert pour ceux qui ont la chance de les avoir dans leur ville.

Advertisements