PJ Harvey – Live aux Nuits de Fourvière

Notre premier « vrai » concert aux Nuits de Fourvière de l’année 2016 : PJ Harvey. Il y a bien pire pour rentrer dans l’été. Et même s’il pleut un peu en début de soirée, les gouttes ne viendront pas gâcher la fête de toute la nuit.

PJ_Harvey_paul_bourdrel-8

On retrouve donc avec plaisir nos vieilles pierres de Fourvière avec une excitation totale. C’est notre premier concert de PJ Harvey, celle qu’on a écouté pendant des années alors forcément il nous en faut peu pour faire monter la mayonnaise. Surtout que la demoiselle ne sait pas faire de mauvaises chansons. Enfin bref, on y reviendra. La première partie est assurée par Micachu and the Shapes (rebaptisés Good Sad Happy Bad depuis peu, semble-t-il). On n’en entendra que quelques morceaux mais on n’est pas forcément conquis par ce qu’on entend. C’est le risque du métier de première partie à Fourvière. Mais on oubliera bien vite ce moment.

Il est enfin 22h30. La lumière s’éteint. Les caméras d’Arte Concert se mettent en route. La troupe de PJ Harvey entre en scène en fanfare, tambours en première ligne. Mais elle est où Polly Jean ? Au saxo bien sûr, avec une jolie coiffe de plumes violettes, en prime. Bien entendu, elle est là pour présenter son dernier album, The Hope Six Demolition Project, sorti en avril dernier. C’est donc en toute logique qu’elle enchaine 5 nouveaux titres tantôt vissée derrière son micro, tantôt se baladant d’un bout à l’autre de la scène. Elle ponctue le set d’autres morceaux piochés dans son vaste répertoire, s’intégrant parfaitement aux nouveautés. La mise en scène est carrée et léchée. Les 8 musiciens l’accompagnant (John Parish inclus, of course) sont impressionnants.

Le moins qu’on puisse dire c’est que PJ Harvey n’est pas une grande bavarde entre les chansons. Par contre, elle a une façon de te raconter des histoires de manière assez magique. D’abord, il y a cette voix impressionnante, couvrant des octaves improbables. Et puis, il y a ce charisme imparable. Elle n’a pas besoin de dire grand-chose. Il suffit qu’elle ouvre la bouche, qu’elle chante, qu’elle fasse quelques gestes et on est totalement happé. Quelle déesse.

Le rappel s’opère sur 2 morceaux, il ne reste pas assez de temps pour faire plus malheureusement. Alors qu’on se disait qu’on n’aurait pas Good Fortune, A Place Called Home ou A Perfect Day Elise, cette dernière démarre. Parce qu’il faut que tu saches, qu’avant de s’appeler Toute Ouïe, notre vrai nom est Elise, alors forcément, quand PJ Harvey te chante une chanson rien que pour toi (oui oui, bien sûr) à la fin d’un concert hallucinant, dans un cadre féerique, on est au bord de l’évanouissement. Et c’est sur un nuage qu’on prend péniblement le chemin de notre chez nous. Sous le choc mais ravie. On en aurait bien pris une heure de plus, tant qu’à faire…

Crédit PhotoPaul Bourdrel

*****

Qu’en ont pensé les gagnants du concours ?

Cyril
Un très bon concert avec une PJ Harvey toujours aussi envoûtante par sa présence sur scène et surtout cette voix. Le groupe de musiciens qui l’accompagnait au top, une setlist assez sympa. Seul petit bémol j’ai trouvé le concert trop carré, formaté.

Isabelle
Suis sur un nuage!
Parenthèse enchantée et envoûtante….

*****

Setlist

1. Chain of Keys
2. The Ministry of Defence
3. The Community of Hope
4. The Orange Monkey
5. A Line in the Sand
6. Let England Shake
7. The Words That Maketh Murder
8. The Glorious Land
9. Medicinals
10. When Under Ether
11. Dollar, Dollar
12. The Wheel
13. The Ministry of Social Affairs
14. 50ft Queenie
15. Down by the Water
16. To Bring You My Love
17. River Anacostia

Rappel
18. Working for the Man
19. A Perfect Day Elise

Advertisements