EMA – Past Life Martyred Saints

EMA - Past Life Martyred Saints

On en avait déjà parlé ici, EMA a enfin sorti son album très attendu, Past Life Martyred Saints le 9 mai dernier. Très attendu car EMA a été l’artiste la plus mentionnée dans la blogosphère, ces dernières semaines, d’après Hype Machine (recensant tous les sujets des blogposts musicaux autour du monde). Touteouïe étant tombée amoureuse du morceau The Grey Ship, a voulu en entendre plus. Et s’il y avait d’autres perles dans cet album ?

Une chose est sûre, EMA est douée. Et quelle plus belle façon de le démontrer que d’ouvrir Past Life Martyred Saints avec The Grey Ship. On ne va pas revenir dessus, mais on ne s’en lasse décidément pas ! On enchaîne directement avec California, son état d’adoption : sorte d’amour/haine mélangé avec la mélodie et le flow de la chanteuse, plus parlé que chanté. Anteroom suit beaucoup plus simple et basique. Une guitare, une voix (ou deux) et une batterie. Le rythme est une chose qu’EMA maîtrise parfaitement et le démontre tout au long de l’album.

Milkman est le second extrait qu’EMA avait dévoilé peu de temps avant la sortie de l’album. Sorte de morceau PJ Harveyesque, en plus noisy sans doute. Sa voix sature au devant, avec une batterie dans le fond noyée par toute sorte de sons électriques. Un peu de douceur arrive avec Coda. Petit morceau d’une minute à peine sous forme de canon magnifiquement réalisé. Marked met un peu plus en avant EMA, avec un morceau doux, montant en puissance tout doucement. D’une autre façon, il en est de même pour Breakfast. Mais on repart sur la confiture de son et de voix, avec Butterfly Knife, définitivement amer et râpeux, avant de terminer avec Red Star, beaucoup plus épuré.

Au final ce sont 9 morceaux magnifiquement pensés et exécutés dans ce disque ambitieux et loin de tout ce qu’on peut écouter de nos jours. Sorte de grunge des temps modernes en plus recherché. Puissant.

Advertisements