Celkilt – Live à Lyon

Les reviews de concert se font rares en ce moment. Il faut dire qu’on sort tout juste notre hibernation. Mais on a trouvé le meilleur moyen pour se remettre en selle (ou en celte). En cette semaine sainte (de la St Patrick, tu l’auras compris), on se retrouve au Transbordeur pour une soirée celtique au top. Au programme, deux groupes : The Irish Dogs et Celkilt.

celkilt lyon transbo

Première mise en bouche donc The Irish Dogs qui nous permet de glisser doucement mais sûrement dans l’ambiance irlandaise. En fermant les yeux, tu pourrais te retrouver dans les pubs de Temple Bar, avec des chansons traditionnelles comme Wild Rover, standard irlandais par excellence. Mais il y aura quelques petites reprises comme Jimmy de Moriarty. Le public semble chaud bouillant même si on est confiné dans la petite salle du Transbordeur. (Remarque, on est du coup, plus près du bar, ce qui est bien pratique.)

La température ne baissera pas avec la venue de Celkilt. Et c’est tant mieux d’ailleurs. La scène est prise d’assaut avec l’énergie et la générosité qui caractérise ce groupe. On tombe la veste, on saute, on chante. En bref, on est tous ensemble, prêts à s’amuser jusqu’au bout de la nuit. Le groupe se donne à fond, entre deux blagues et on sent bien qu’ils se font plaisir. Et l’avantage c’est que du coup, on se fait bien plaisir nous aussi.

Niveau setlist, ça part dans tous les sens. De Sam Smith en passant par AC/DC et Brahms, c’est éclectique et en même temps, toutes ces reprises auraient pu être écrites par le groupe. D’ailleurs, Stay With Me de Sam Smith est franchement bien plus intéressante avec ces arrangements. Mais Celkilt n’est pas qu’un groupe de reprise (même s’ils excellent dans ce registre). Ils ont leurs propres morceaux, en anglais dans le texte, que le public connaît sur le bout des doigts. D’ailleurs, il en faut peu pour l’électriser. Même sur un « slow » comme Lay Me Down, on se retrouve à se tenir bras dessus bras dessous, en tanguant de gauche à droite. On aura bien mérité de voir le postérieur de Titou McFire. Car dans la plus pure tradition écossaise, les hommes ne portent rien sous leur kilt.

Celkilt live

Et si on faisait la Queue-leu-leu dans le Transbordeur ? On ne se fait jamais prier pour ce genre de chose et c’est parti. On suit Loïc McWind venu squatter la fosse et on fait le tour du lieu. En voilà une idée qu’elle est bonne. Tu l’auras compris, Celkilt sait mettre l’ambiance. Et on resterait bien un long moment en leur compagnie, mais l’heure tourne et il faut bien finir le concert. Le groupe terminera le set par un medley reprise, avec du Michael Jackson, du Indochine et même du Village People entre autres. Ça suffira pour terminer cette soirée celtique en feux d’artifice.

A la prochaine !

[Avant d’assister au concert de Celkilt, on a pu passer quelques minutes avec le groupe pour une interview décontracte. Te peux lire l’interview de Celkilt ici.]

Publicités