Elbow – The Take Off and Landing of Everything

elbow the take off and landing of everythingIl y a des albums comme ça où tu sens dès les premières minutes d’écoute, que c’est un très bon album mais tu ne saurais pas dire pourquoi. C’est le cas avec le dernier album d’Elbow, The Take Off and Landing of Everything.

En réalité un album d’Elbow, ça se déguste comme un bon whiskey. On le prend par petite gorgée et on attend le retour en bouche. The Take Off and Landing of Everything n’échappe pas à la règle. On se laisse emporter par les guitares lancinantes et les arrangements léchés, mis en valeur par les mots parfaits et la voix fatiguée de Guy Garvey. Les cuivres et les cordes en tout genre viennent relever le tout de manière élégante.

Il n’y a pas vraiment de single potentiel dans ce nouvel opus mais il est d’une unité musicale exceptionnelle. Il n’y a pas un seul titre de mauvaise facture et aucun ne sort du lot, déjà très élevé. On a même du mal à choisir notre préféré, à moins que ce soit Real Life (Angel), ou le « schizophrène » Fly Boy Blue/Lunette qu’on t’a déjà présenté, il y a quelques temps. Mais on pourrait te lister tous les morceaux les uns après les autres, tellement ils distillent une atmosphère singulière, des sons, des images et même des odeurs.

L’introspection est totale. Peut-être est-ce dû à la rupture sentimentale et la crise de la quarantaine du meneur ? En tout cas, l’ambiance est plutôt sombre et en même temps assez diffuse, voire « aéré ». On plane avant de s’écraser à la fin de l’écoute. On reprend tout de suite le prochain vol et on repart en boucle avec la compagnie Elbow. Fais-en de même !

Advertisements