Wild Beasts – Live à Lyon

En cette fin de semaine, on s’est retrouvé au Marché Gare pour la venue des anglais Wild Beasts. On avait déjà pu les voir à Leeds, lors du Constellations Festival, mais il faut bien avouer que ce jour-là, on était fatigué, et on ne connaissait pas assez le groupe pour en apprécier toutes les nuances. Chose réparée donc ce vendredi.

Wild Beasts Lyon

La première partie est assurée par Money, un groupe anglais mené par le sosie de Frère Tuck, à la petite blague facile. Musicalement, ça faisait longtemps qu’on n’avait pas apprécié une première partie à ce point. C’est inspiré, bien travaillé et bien en adéquation avec le son de Wild Beasts. Le son du Marché Gare est plutôt bon (même si, après discussion avec d’autres personnes, tout le monde ne partage cet avis !). En bref, on passe un bon moment avec eux.

Vers 22h, les Wild Beasts entrent en scène sur Mecca. Commencer par notre morceau préféré de Present Tense, on n’en demandait pas tant. Les quatre anglais sont peu bavards mais en même temps, on ne les voyait pas non plus faire les fous sur scène donc ce n’est pas bien grave. D’autant plus lorsque la voix d’ Hayden Thorpe est de cristal. On reste scotché par sa performance vocale. Pas une fausse note. Son camarade, Tom Fleming, n’a rien à lui envier même si on l’entend un peu moins. Niveau scénographie, les rayons de la pochette se retrouvent derrière la troupe, s’éclairant selon les morceaux. Voilà qui fait son petit effet.

Le groupe vient défendre le magnifique Present Tense dont on entend presque tous les morceaux. Mention spéciale à A Dog’s Life, qu’on ne pensait pas avoir, sonnant le rappel. Mais pour autant, les Wild Beasts n’oublient pas les albums précédents et offrent quelques titres dont évidemment Lion’s Share issu de Smother. C’est d’ailleurs End Come Too Soon qui vient sonner la fin du concert. Le groupe a enchaîné les titres et la fin est arrivée bien trop vite. Mais on aura passé une excellente soirée en leur compagnie. En live comme en studio, c’est bien léché et esthétique. On en reprendrait bien une petite dose.

Advertisements